ACTIVITÉS ICETT

Actuellement, l’action de l’ICETT est articulée autour de quatre thèmes principaux dans le cadre de son premier cycle de travail 2020-2021. Des groupes de travail ont été formés autour de chaque thème pour collaborer et trouver des moyens innovants de stimuler et de renforcer l’entrepreneuriat coopératif.

  • ODD nº 8 - Le futur du travail
  • ODD nº 12 - Les droits de l’homme dans les chaînes de valeur
  • Observatoire mondial des coopératives et ODD nº 13 
  • Identité coopérative et avantage concurrentiel

 

Retour à la page principale ICETT

Back to top

ODD nº 8 - Le futur du travail

Le monde du travail subit actuellement de profonds bouleversements liés aux progrès technologiques. L’automatisation, qui pourrait se concrétiser par le remplacement de la main-d’œuvre par des robots, et les prévisions de disparition d’emplois suscitent des inquiétudes. Les répercussions de ces évolutions conjointes nécessiteront dès lors des transformations profondes à l’échelle des individus, des organisations et des populations pour adapter les systèmes de travail, d’innovation, d’apprentissage et de protection sociale à ce nouveau contexte. Les coopératives peuvent développer un modèle économique et social alternatif qui englobe une viabilité entrepreneuriale et une résilience si importantes que les progrès technologiques feront émerger de nouvelles approches propices à la productivité, à la durabilité et à l’épanouissement dans le monde du travail.

Les coopératives jouent un rôle essentiel dans la création d’activités génératrices de revenus pour la société dans les économies émergentes et en développement, notamment pour les groupes marginalisés, tels que les femmes, les jeunes et les personnes vivant avec un handicap. Les coopératives, qui s’organisent sous différentes formes de services mutualisés, soutiennent et consolident les activités économiques des entrepreneurs et des producteurs indépendants dans l’économie informelle. Elles fournissent un cadre formel dans lequel leurs activités économiques peuvent être reconnues en tant que véritable activité et leurs membres peuvent négocier avec les pouvoirs publics pour mettre en place des programmes appropriés de protection et de sécurité sociales.

L’ICETT cherchera à déterminer de quelles manières les coopératives pourraient contribuer de manière importante à surmonter certains des obstacles qui devraient surgir dans le monde du travail et à promouvoir le modèle coopératif en tant que levier pour créer des emplois décents et de qualité au niveau local, national et international.

Par conséquent, le premier objectif de ce groupe de travail est de concentrer ses efforts sur une meilleure compréhension de la contribution spécifique des coopératives en faveur de l’ODD nº 8 (Travail décent et croissance économique) et de son évolution. Le deuxième objectif est d’élaborer des indicateurs absents de l’ODD nº 8 qui correspondent davantage aux contributions propres aux coopératives concernant le futur du travail.

Autres domaines d’action :

  • Solutions alternatives aux plateformes numériques qui bousculent l’ordre établi
  • Lutte contre le travail informel
  • Démocratisation du milieu de travail par une gouvernance participative

 

Back to top

ODD nº 12 - Les droits de l’homme dans les chaînes de valeur

Les coopératives sont fondées sur un modèle coopératif centré sur les personnes qui place l’humain avant le profit et intègrent par conséquent les droits de l’homme dans leur ADN. Elles s’appuient sur des valeurs fondamentales telles que l’entraide, la démocratie, l’égalité, l’équité et la solidarité. Les membres des coopératives adhèrent à des valeurs éthiques d’honnêteté, de tolérance, de responsabilité sociale et d’altruisme. Ces valeurs sont intrinsèques au principe coopératif d’engagement envers la collectivité.

Dans l’application concrète des droits de l’homme, les coopératives jouent un rôle central dans la mise en œuvre de la responsabilité sociale. Le mouvement coopératif est dans une grande mesure le pionnier du développement et de la mise en œuvre de la responsabilité sociale d’entreprise (RSE). De plus, la culture des coopératives est fondée sur une action humanitaire qui défend le respect de l’individu, le soin d’autrui et la place prioritaire de l’individu. Par conséquent, ce modèle est le plus approprié et le plus efficace pour l’épanouissement humain et la mise en œuvre des droits sociaux et économiques.

Les coopératives jouent un rôle actif dans le système alimentaire mondial et occupent différents niveaux dans la chaîne de valeur (des producteurs aux travailleurs en passant par les secteurs du transport, de la consommation et du recyclage). Leurs structures, leurs valeurs et leurs principes leur confèrent un modèle d’activités unique. Les coopératives veillent à ce que leurs membres et leurs parties prenantes bénéficient d’une part plus importante de la valeur tirée de leurs produits. Elles défendent une répartition plus équitable de la valeur et du contrôle de l’organisation pour garantir l’atteinte de la plupart de leurs principaux objectifs dans l’éradication de la pauvreté, de la faim et des inégalités. Il subsiste néanmoins des solutions inexploitées qui permettraient de rendre le système alimentaire et les chaînes de valeur plus justes et plus durables en adoptant des approches innovantes dans la production et la distribution de denrées alimentaires qui profiteraient au bien commun de manière équitable.

Sachant que le respect des droits de l’homme est une responsabilité commune, ce groupe de travail ambitionne de rédiger une déclaration des coopératives sur les droits de l’homme dans les chaînes de valeur.

Il s’efforcera de déterminer de quelles manières les coopératives peuvent améliorer leurs pratiques en matière de droits de l’homme dans les chaînes de valeur pour créer un monde meilleur. Il déterminera les termes fondamentaux qui sont utilisés pour définir les droits de l’homme et les chaînes de valeur et mettra l’accent sur eux. Il déterminera également les liens entre les principes coopératifs et les principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme et les articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies.

L’ICETT s’appuiera sur cette déclaration pour demander au mouvement coopératif et aux autres parties concernées, conformément à l’esprit de coopération entre les coopératives et d’engagement envers la collectivité, de respecter dans le cadre de leurs activités ces principes coopératifs et ces principes directeurs des Nations Unies et de protéger les droits fondamentaux des travailleurs dans les chaînes de valeur. Le groupe de réflexion servira également de tribune pour promouvoir les bonnes pratiques et mettre l’accent sur les domaines dans lesquels des progrès doivent être accomplis concernant les droits de l’homme dans les chaînes de valeur et pour défendre les droits et la protection sociale des travailleurs.

Comme l’année 2021 a été proclamée Année internationale de l’élimination du travail des enfants par l’ONU, cette déclaration mettra en avant ce thème. Elle demandera aux coopératives de lancer des campagnes de sensibilisation et de mobilisation à destination de leurs membres et des populations locales où elles exercent leurs activités et de fournir des conseils et des directives à l’échelon local pour mettre en place des mesures visant à éliminer le travail des enfants sous toutes ses formes.

 

Back to top

Observatoire mondial des coopératives et ODD nº 13

L’Observatoire mondial des coopératives est un projet soutenu par l’ACI avec le concours scientifique d’Euricse qui vise à maintenir à jour une base de données sur les grandes coopératives pour procéder au suivi de leur impact économique et social et le rendre visible. Cet outil crucial permet non seulement de mieux faire connaître l’action des coopératives auprès des responsables politiques et des professionnels des différents secteurs, mais constitue aussi un référentiel de base essentiel pour le milieu de la recherche et le monde universitaire. Le groupe de réflexion utilisera cet outil pour soutenir l’action de l’ICETT et lui apporter de la valeur ajoutée..

L’ODD nº 13 sur l’action climatique exhorte chacun d’entre nous à nous engager dans la lutte contre les changements climatiques et ses répercussions. Cet ODD cible des enjeux précis tels que la nécessité de renforcer la résilience des pays face aux catastrophes naturelles et la nécessité d’améliorer l’éducation aux questions climatiques et de développer la sensibilisation à ce sujet. Le thème de la Journée internationale des coopératives 2021, Les coopératives pour l’action climatique, a été choisi cette année pour mettre en avant la contribution des coopératives dans la lutte contre les changements climatiques et la réalisation de l’ODD nº 13.

Les changements climatiques représentent un risque de plus en plus élevé pour les millions de personnes les plus vulnérables de la planète en raison de leur exposition aux épisodes de sécheresse intense, aux polluants atmosphériques, à la hausse du niveau de la mer et à la multiplication des catastrophes naturelles dont l’intensité s’accroît telles que les ouragans et les inondations. Ces risques ont des effets désastreux sur leurs moyens de subsistance, en particulier dans les zones rurales isolées des pays en développement.

Il reste beaucoup de choses à accomplir même si les experts du climat ont établi de nombreuses solutions viables pour lutter contre les changements climatiques, telles que des approches d’atténuation sous la forme de mesures d’adaptation et de gestion appropriée des ressources naturelles pour réduire les gaz à effet de serre. L’action collective est le meilleur moyen d’appliquer des mesures efficaces d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation.

En raison de la diversité de leurs membres, les coopératives sont bien placées pour les sensibiliser sur l’importance de la réduction de leur empreinte carbone et du lobbying gouvernemental pour réduire de manière drastique les émissions de gaz à effet de serre. Les coopératives dans le secteur agricole, l’agroforesterie, les énergies renouvelables et la gestion des déchets sont engagées de manière active dans des domaines associés à la transition écologique et dans l’économie circulaire pour atténuer les effets de changements climatiques.

La coordination et la complémentarité de l’action de tous les acteurs concernés sont efficaces dans la lutte contre les changements climatiques. Les coopératives peuvent aider leurs membres et le reste de la population à l’échelle locale à gérer les risques climatiques en menant des programmes de renforcement des capacités pour améliorer leurs connaissances du respect des normes environnementales et de la limitation des émissions de gaz à effet de serre.

Par conséquent, l’objectif principal de ce groupe de travail est de mieux faire connaître la contribution des coopératives en faveur de la réalisation de l’ODD nº 13 et de montrer de quelles manières le modèle coopératif offre des solutions concrètes et efficaces pour lutter contre les changements climatiques.

 

Back to top

Identité coopérative et avantage concurrentiel

La Déclaration sur l’identité coopérative englobe des définitions, des valeurs et des principes qui ont été élaborés pour orienter les organisations coopératives. Elle affirme qu’une coopérative est une association autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturels communs à travers une entreprise détenue collectivement et contrôlée démocratiquement.

Les coopératives s’adaptent aux évolutions et sont composées de membres dont les besoins et les aspirations varient. Par conséquent, il est important de déterminer de quelles manières les coopératives peuvent tirer profit de leur identité pour rester pertinentes.

L’objectif du groupe de travail est d’analyser les domaines dans lesquels le modèle coopératif possède un avantage concurrentiel sur les autres modèles d’entreprises. Il formulera des recommandations sur les manières dont les coopératives peuvent tirer parti de leur identité, de leurs valeurs et de leurs principes tout en élaborant des stratégies commerciales robustes et en commercialisant leurs produits et leurs services.

Le groupe mènera également des travaux pour déterminer de quelles manières ces deux concepts d’identité coopérative et d’avantage concurrentiel peuvent être articulés et renforcer l’aspect entrepreneurial des coopératives. Ses conclusions seront communiquées au mouvement coopératif lors du 33e Congrès mondial des coopératives qui se tiendra en 2021 à Séoul, en République de Corée.