Nouvel accord transatlantique entre les coopératives de travail françaises et canadiennes

28 Dec 2015
Les coopératives de travail françaises et canadiennes ont conclu un accord visant à partager leurs bonnes pratiques. La Fédération canadienne des coopératives de travail et la Confédération générale des sociétés coopératives et participatives de France (CGSCOP) sont les deux plus grandes fédérations de coopératives dans leur pays respectif. Cette nouvelle collaboration leur permettra d’échanger leurs savoirs et leur expertise.
 
« Nous avons déjà prouvé à maintes reprises que l’économie sociale et solidaire est une solution fiable et durable face à l’insécurité financière. Maintenant, il ne nous reste qu’à démontrer concrètement à la population et aux salariés que les Scop sont le modèle d’entreprise du futur », ont commenté Alain Bridault, président de la FCCT, et Patrick Lenancker, président de la CGSCOP. « Grâce à la mutualisation de notre expertise, nous parviendrons à sauver des milliers d’emplois dans les années à venir », ont-ils ajouté.
 
La CGSCOP apporte tout son soutien pour permettre un transfert des entreprises vers les salariés, sous la forme de coopératives de travail. « Les employés en place sont, dans bien des cas, en mesure d’acheter collectivement l’entreprise qui les emploie, notamment dans l’éventualité où un patron n’aurait pu identifier une relève externe. Bien encadrés, les employés peuvent se transformer en co-propriétaires, co-investisseurs et co-gestionnaires », a déclaré M. Bridault. Il estime que le secteur canadien peut apprendre de cette expérience.
 
Le modèle de la coopérative de travail est bien connu au Québec, et plusieurs rachats opérés par des travailleurs ont déjà réussi. « L’expérience canadienne bonifiera sans contredit notre savoir-faire. Avec ce premier partenariat, nous nous engageons mutuellement à partager les meilleures pratiques que nous avons observées et documentées de part et d’autre. Nous sommes certains que cette dynamique transatlantique nous enrichira collectivement », a ajouté M. Lenancker.