Plaidoyer mondial

L’Alliance coopérative internationale sert les intérêts du mouvement coopératif en misant sur la concertation avec les décideurs internationaux.

Le travail de plaidoyer de l’ACI contribue à créer un environnement politique, juridique et réglementaire plus favorable, dans lequel les coopératives peuvent trouver leur place. 

Back to top

De quelle manière nous engageons-nous

Aux Nations Unies, l’Alliance coopérative internationale participe à des discussions de haut niveau qui concernent les coopératives par le biais de son statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC), qu’elle possède depuis 1946, la première organisation non gouvernementale à en être dotée.

L’ACI a aussi établi des accords de partenariat individuels avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation internationale du travail (OIT). Elle participe par ailleurs au groupe de travail interorganisations de l’ONU sur l’économie solidaire.

Depuis 1971, l’Alliance est membre fondateur du Comité pour la promotion et le progrès des coopératives (COPAC), un partenariat multipartite rassemblant des institutions internationales publiques et privées qui promeuvent et défendent les entreprises coopératives autonomes centrées sur les personnes, guidées par les principes du développement économique, social et environnemental durable. 

Back to top

Que demandons-nous aux dirigeants mondiaux?

De par son travail auprès des Nations Unies et ses organisations, l’ACI a deux messages importants à communiquer:

  • Les entreprises coopératives sont des moteurs importants du développement et de la croissance durables et inclusifs.
  • L’environnement politique et réglementaire doit être favorable à la mise en œuvre et au développement des entreprises coopératives, ce qui permet de créer des opportunités économiques pour tous, y compris les plus démunis, les jeunes, les femmes, les petits producteurs et les entrepreneurs.

En adoptant l’appel à l’action pour le Programme 2030 de développement durable, l’Alliance promeut également les contributions des entreprises coopératives envers les dix-sept Objectifs de développement durable (ODD), mettant en valeur le travail des coopératives par le biais de Co-ops pour 2030, une plateforme qui permet aux coopératives d’apprendre en quoi consiste les ODD, de faire des promesses pour les atteindre et de communiquer leurs progrès.

Back to top

De quelle manière les coopératives font-elles progresser les ODD ?

Voici quelques exemples:

 

  • SDG1 - Pas de pauvreté et faim « zéro » : Les coopératives permettent aux personnes de bénéficier d’une entraide en créant leurs propres opportunités économiques.
  • SDG2 - Sécurité alimentaire : Les coopératives agricoles permettent aux petits membres producteurs d’avoir accès à des informations, une infrastructure, des marchés, de meilleurs prix, une formation et des technologies grâce au pouvoir collectif.
  • SDG5 - Égalité hommes-femmes : Les coopératives, s’appuyant sur une adhésion ouverte et volontaire (l’un de leurs principes fondateurs) permettent à des femmes d’accéder aux ressources et opportunités en élargissant leur participation aux économies locales et nationales.
  • SDG8 - Travail décent et croissance économique : En étant centrées sur les besoins humains, les coopératives ont démontré qu’elles sont résistantes. Elles ont du reste enregistré de la croissance en périodes de crises. Elles permettent également de fournir un travail décent à de nombreuses personnes à travers le monde et de renforcer l’inclusion de groupes marginalisés, comme les jeunes et la population autochtone sur le marché de l’emploi mondial.