Q&R avec Ariel Guarco, candidat à la présidence de l'Alliance (L'Argentine)

24 Oct 2017

Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours coopératif ? Quand a-t-il commencé ?

Ariel Guarco : En fait, j'ai un lien avec les coopératives depuis ma naissance, puisque ma mère travaillait dans la coopérative d'électricité de notre village, Coronel Pringles. Depuis mon plus jeune âge, je suis familier de la philosophie, des valeurs et des actions qui sous-tendent ce modèle d'entreprise. J'ai commencé à m'impliquer dans les coopératives très jeune, et j'ai continué au fil des années. J'ai compris qu'être coopérateur était une façon de vivre, et j'ai compris que cette activité appelait une passion du service, pour trouver des manières d'obtenir des résultats concrets chaque jour dans nos communautés. J'ai commencé en bas de l'échelle et j'ai gagné du galon, de poste en poste, et j'ai finalement eu l'honneur d'être élu président de la coopérative, quand j'avais une trentaine d'années.

Ensuite, l'envie de participer, de s'impliquer et d'apprendre m'a mené à diriger la fédération des coopératives de service public de Buenos Aires (Fedecoba), puis, un peu plus tard, la Fédération coopérative d'Argentine (Cooperar).

Cette institution est active depuis longtemps au niveau international, reprenant le mandat historique de principes centenaires lors de l'intégration d'El Hogar Obrero, un pionnier dans les coopératives de consommateurs et de logement sur le continent, à l'Alliance coopérative internationale.

Le poste de président de Cooperar m'a permis de comprendre qu'il fallait renforcer ce lien car notre mouvement avait besoin d'être plus proche avec ses bases et de les inclure davantage, dans un contexte difficile qui appelle à la solidarité.

Y a-t-il de grands projets menés au sein de Cooperar qui peuvent se révéler intéressants pour l'Alliance ? Quelles sont les principales difficultés pour les coopératives en Argentine ?

Ariel Guarco : Cooperar est une organisation hétérogène, ce qui rend la collaboration avec ses 72 fédérations membres complexe et parfois enrichissante. L'intégration est l'objectif principal qui a été fixé par le Conseil administratif. Ce conseil représente toutes les fédérations et, ainsi, permet que les décisions prises soient représentatives et cohérentes. Promouvoir la participation et l'intégration entre les différents secteurs et les régions est fondamental. En Argentine, nous pouvons témoigner de vastes expériences et avons la capacité de nous intégrer dans des marchés vastes et concurrentiels. Mais nous comptons également dans nos rangs des petits exploitants qui, en s'associant, redynamisent les économies régionales ; des travailleurs qui récupèrent des entreprises en faillite ; et des personnes de la classe moyenne qui ont accès à des services comme le logement, le crédit et le tourisme grâce au modèle coopératif. Cet élan vers l'intégration s'est, entre autres, manifesté dans un centre commercial dans lequel les coopératives de consommateurs et de producteurs s'efforcent de rendre les offres plus intéressantes pour tous. Un autre objectif est de nouer des liens avec les secteurs public et privé. Nous sommes convaincus que le coopérativisme peut déployer tout son potentiel en créant des alliances stratégiques avec le gouvernement ou d'autres entités comme des institutions mutualistes, syndicales, religieuses, universitaires et des PME.

Quelle est votre motivation ? Pourquoi êtes-vous candidat à la présidence de l'Alliance ?

Ariel Guarco : Je pense que le contexte mondial nous oblige à monter sur le terrain en arborant le maillot coopératif et à faire front au bellicisme, aux spéculateurs et à ceux qui contrôlent l'économie, qui emmènent l'humanité sur une voie sans retour, grâce à notre cohérence, à notre trajectoire et à notre diversité. Dans le monde, un milliard de personnes prennent part au système coopératif. Pour mener à bien ce processus, nous devons agir en tant qu'Alliance, c'est la seule manière d'y arriver et je pense que nous pouvons relever le défi. Lors de mes entretiens récents, en privé avec mes collègues d'Europe, d'Afrique et d'Asie, j'ai constaté qu'il ne s'agissait pas simplement d'une idée, mais qu'il existait un engagement et un soutien marqués en faveur de cette proposition.

Les dirigeants de l'Alliance doivent mener une vie coopérative et faire preuve d'un engagement en faveur de la coopération. Ils doivent aussi envisager l'évolution de la société par le prisme du modèle coopératif, qui constitue un modèle économique différent, caractérisé par des sociétés viables au niveau économique et responsables du point de vue social. Ceci rend ces entreprises difficiles à gérer et à comprendre et la personne qui est chargée de représenter ces entreprises dans le monde doit comprendre que nous sommes des entités socialement responsables devenues des entreprises et non des entreprises qui utilisent la responsabilité sociale pour couvrir leurs problèmes. Faire preuve de leadership, être engagé, et avoir une vision coopérative tout au long de ma vie ; voilà ce qui m'a poussé à être candidat. J'ai discuté avec plusieurs directeurs et membres de coopératives, et j'ai appris qu'ils comprenaient la nécessité d'apporter un renouveau qui permettrait à l'Alliance de participer davantage aux prises de décisions au niveau mondial.

Quelle est votre vision de l'Alliance ? En tant que président, quelles seront vos priorités ? Quels grands projets souhaiteriez-vous développer ?

Ariel Guarco : L'Alliance doit être le phare qui guide le milliard de coopérateurs du monde, mais pas un phare lointain, isolé et dont la faible lumière parvient à peine jusqu'à eux. Il nous faut renforcer les interactions avec les régions, intégrer le secteur et consolider la place des jeunes et du genre. Les organisations faîtières de chaque pays doivent être mises en avant et il faut faciliter la participation de chacun dans l'Alliance. Par ailleurs, nous souhaitons établir un comité exécutif composé du président, des vice-présidents, du directeur général, des directeurs régionaux et sectoriels, qui serait chargé de coordonner la politique discutée et approuvée lors des réunions du Conseil d'administration et constituerait le lien direct entre le Conseil d'administration et l'équipe de travail. Nous souhaitons également améliorer la qualité et la quantité des informations transmises aux membres relativement aux revenus, aux bilans, aux projets, et ainsi autonomiser les organisations dans leur prise de décisions. Cette proposition, et bien d'autres, est reprise sur notre plateforme, que vous pouvez lire et analyser et à laquelle vous pouvez contribuer, sur le site Web en espagnol www.arielguarco.coop ou en anglais eng.arielguarco.coop.

Comment les coopératives peuvent-elles contribuer aux Objectifs de développement durable (ODD) ? Pouvez-vous donner des exemples concrets ?

Ariel Guarco : Nous pouvons contribuer de diverses manières aux ODD. Nous avons identifié huit objectifs sur les 17 pour lesquels nous pouvons jouer un rôle : bonne santé et bien-être, éducation de qualité, égalité entre les sexes, eau propre et assainissement, énergie propre, villes et communautés durables, consommation et production responsables, et partenariats pour la réalisation des ODD. En Argentine comme dans de nombreux autres États, nous savons que les coopératives sont impliquées dans ces sujets. Dans notre pays, il existe des coopératives sanitaires qui servent plus de deux millions de personnes, des écoles coopératives et des coopératives actives dans le domaine de l'éducation dans lesquelles les femmes sont de plus en plus présentes aux postes de décision. Il existe également des réseaux de plus en plus vastes d'eau potable, des bassins hydriques gérés de manière responsable et des projets relatifs aux énergies renouvelables. Nous avons dynamisé un réseau de villes coopératives, grâce au centre commercial mentionné précédemment, et enfin, nous avons appelé à la collaboration avec d'autres acteurs afin de réaliser les ODD.

Nous nous sommes penchés sur ces questions, y avons réfléchi, et nous émettons des propositions et donnons des exemples concrets dans une série de documents que nous avons publiés sous le titre Principes coopératifs en action, que vous pouvez également consulter sur mon site Web.