Lancement de la stratégie des coopératives visant à améliorer les opportunités dans le territoire palestinien occupé

01 Jun 2020

Une stratégie du secteur coopératif pour le territoire palestinien occupé a été lancée en février, lors d'une conférence où se sont retrouvés 200 participants issus de gouvernements, d'unions coopératives, d'organisations de sociétés civiles et de la communauté internationale.

La stratégie est issue du Directorat général des coopératives, soutenu par l'Organisation internationale du travail et par de nombreuses consultations avec des parties prenantes nationales.

Elle est fondée sur trois piliers : la promotion d'un environnement institutionnel permettant la croissance du mouvement coopératif, l'amélioration des performances financières et organisationnelles ; et l'expansion de coopératives dans de nouveaux secteurs tels que l'environnement, le recyclage et l'énergie renouvelable.

La nécessité d'investir dans l'éducation et l'alphabétisation coopérative chez les jeunes a aussi été soulignée, tout comme le potentiel de l'industrie technologique pour les jeunes et les femmes.

Emanuela Pozzan, spécialiste régionale de niveau supérieur sur l'égalité des sexes, a donné des exemples de nouvelles coopératives œuvrant dans la finance et l'environnement, offrant des opportunités pour les groupes de jeunes, de femmes et de travailleurs précaires.

Mais certaines études ont mis en avant les contraintes structurelles comme le manque de capacités, les systèmes de gouvernance et les formalités administratives.

Le ministre du Travail, Mamoun Abu Shahla a dit qu'un « ensemble complet d'avantages est nécessaire pour améliorer le secteur à travers des réformes juridiques, des exonérations et des incitations fiscales et la promotion de produits locaux. »

Le nombre actuel de coopératives enregistrées a atteint 957 en 2016, dont 785 en Cisjordanie et 172 dans la bande de Gaza. En Cisjordanie, les coopératives comptent 46 000 membres, alors que 240 des coopératives enregistrées sont inactives. Les coopératives sont principalement actives dans les domaines agricoles, l'habitation, les services, l'artisanat et les consommateurs. La présence de femmes dans les activités des coopératives reste limitée.

D'autres discussions sur le financement et la mise en œuvre d'une stratégie nationale pour le secteur coopératif pourront désormais avoir lieu.