Les droits de l'homme dans les chaînes de valeur : les contributions des coopératives

15 Dec 2020

Le groupe de réflexion international sur l'entrepreneuriat coopératif (ICETT) a organisé le 12 décembre une discussion en ligne sur les droits de l'homme dans les chaînes de valeur à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme. Cet événement a été l'occasion de découvrir comment les coopératives pratiquent et promeuvent les droits de l'homme dans le monde entier.

Les chaînes de valeur et les chaînes d'approvisionnement sont fondamentales alors que le monde se remet de la pandémie, a déclaré Bruno Roelants, le directeur général de l'ACI. La déclaration sur l’identité coopérative élaborée au sein de l'ACI et inscrite dans la Recommandation 193 de l'OIT sur la promotion des coopératives comprend des principes qui impliquent inévitablement les coopératives dans la question des droits de l'homme, a-t-il ajouté.

Tarun Bhargava, président de l'ICETT et directeur général adjoint de l'Indian Farmers Fertilizers Cooperative (IFFCO) a déclaré que le commerce coop-to-coop pourrait jouer un rôle important dans la construction d'une chaîne de valeur coopérative – en particulier après la Covid-19. Dans le cadre de son approche des droits de l'homme, IFFCO œuvre pour améliorer la vie des agriculteurs et promeut le développement coopératif.

Nina Elomaa, vice-présidente senior durabilité chez S-ryhmä/S Group en Finlande, a partagé les éléments clés du cadre des droits de l'homme de sa coopérative dans lequel SOK examine les conditions de travail et évalue la performance de ses fournisseurs par le biais d'audits réalisés par des tiers. En 2019, le distributeur a chargé un organisme externe de mener une évaluation approfondie des droits de l'homme de sa chaîne d'approvisionnement de tomates en Italie. La recherche a révélé des éléments de travail forcé, de mauvaises conditions de logement et des heures de travail excessives.

En tant que simple coopérative, SOK est limitée dans ce qu’elle peut faire pour s'attaquer seule aux problèmes, a déclaré Mme Elomaa. Le distributeur cherchera à participer aux efforts de promotion pour des canaux de recrutement légaux pour les travailleurs migrants et continuera à écouter les travailleurs, à former, à surveiller les fournisseurs et à collaborer avec eux. Des problèmes similaires existent dans d'autres pays européens, raison pour laquelle une collaboration internationale est nécessaire pour résoudre le problème, a ajouté Mme Elomaa.

Rosita Zilli, secrétaire générale adjointe d'Euro Coop, a présenté d'autres études de cas de solutions pionnières de distributeurs européens dont certaines ont été présentées dans un document de synthèse sur les droits de l'homme dans les chaînes d'approvisionnement position paper on human rights in supply chains publié par Euro Coop en 2018.

En 2017, Coop Italie a lancé sa campagne Good and Fair pour promouvoir l'éthique dans les chaînes d'approvisionnement alimentaire considérées à risque. Dans ce cadre, elle a demandé aux fournisseurs de s'engager à effectuer des contrôles sur leurs collaborateurs. Grâce à un autre programme, Coop Origine, le distributeur permet aux consommateurs de vérifier l'origine et les principaux ingrédients de chaque produit. Coop Italia gère également sa propre ligne de commerce équitable Fairtrade

Au Royaume-Uni, le groupe Co-op a adopté une approche similaire par le biais de sa politique de commerce éthique et des droits de l'homme, de son code de conduite pour un approvisionnement sain, de sa politique d'approvisionnement durable de ses fournisseurs et de sa politique des droits de l'homme et du commerce. Le groupe mène également une campagne active contre l'esclavage moderne et propose des stages rémunérés aux victimes de celui-ci. 

De même, Coop Norvège, membre fondateur de l'Ethical Trading Initiative, a développé un code de conduite via Coop Trading qui exige des audits par des tiers pour les fournisseurs dans les pays à risque.

Bien que ces réalisations placent les coopératives au premier plan de la lutte contre les abus, davantage pourrait être fait, a fait valoir Mme Zilli. « Il est possible de s'appuyer sur ce qui existe déjà » a-t-elle ajouté.

Annegret Brauss, chargée de programme adjointe au Centre du commerce international, a expliqué comment – en promouvant une plus grande inclusivité et durabilité – les coopératives pourraient: augmenter les volumes et améliorer la qualité; rendre leurs chaînes d'approvisionnement durables à long terme; améliorer la conservation et la productivité des travailleurs; renforcer la gouvernance grâce à un leadership diversifié et renforcer leur réputation et leurs opportunités commerciales. 

Lire notre entretien complet avec les experts de l'ITC ici.

Fabienne Yver, coordinatrice de projet – Bureau de promotion du commerce équitable (FTAO) – a examiné les droits de l'homme dans les chaînes de valeur du point de vue des coopératives de producteurs du commerce équitable. Un rapport commandé par la FAO a révélé que les coopératives de petits agriculteurs ont besoin de ressources et de conditions adéquates pour se conformer au devoir de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme (HRDD). 

Pourtant, si les programmes de développement durable tels que Fairtrade peuvent offrir un soutien au travail de HRDD des entreprises, des travailleurs et des petites coopératives agricoles, ils ne peuvent pas exempter les entreprises de leurs responsabilités en matière de HRDD a prévenu Mme Yver.

Andrea Davila, responsable technique de l’Unité des coopératives de l'Organisation internationale du travail (OIT), a déclaré que les droits de l'homme faisaient partie de l'ADN des coopératives. Elle a félicité le secteur pour son travail de lutte contre le travail des enfants et le travail forcé, l'investissement dans les communautés locales et la formalisation de l'économie informelle.

« Nous avons vu que les coopératives sont des actrices stratégiques et essentielles lorsqu'elles s'engagent dans le dialogue social » a-t-elle déclaré, ajoutant que les coopératives autonomisent leurs membres grâce à l'égalité des droits de vote sur la base d'un membre, une voix.

L'année prochaine a été déclarée Année internationale pour l'éradication du travail des enfants par les Nations Unies et les coopératives seront les actrices essentielles dans la sensibilisation, a-t-elle ajouté.

« Les droits de l'homme dans les chaînes de valeur sont liés à la violence sexiste sur le lieu de travail. Les droits de l'homme sont également liés aux principes coopératifs, ce qui nous donne un point de départ solide » a conclu Marjaana Saarikoski, membre du conseil d'administration de l'ACI.

DERNIÈRES ACTUALITÉS COOPÉRATIVES

Caroline
22 sep 2022

Avant l'événement parallèle Mondiacult 2022 de l'ACI…

22 sep 2022

Avant l'événement parallèle Mondiacult 2022 de l'ACI…

Stefania
22 sep 2022

Avant l'événement parallèle Mondiacult 2022 de l'ACI…

Fabiola
21 sep 2022

Avant l'événement parallèle Mondiacult 2022 de l'ACI…