Nous célébrons 125 ans: Mettre l’avenir en lumière

19 Aug 2020
Bruno Roelants, ICA DG

Bruno Roelants, directeur général de l'ACI 

125 ans de coopération internationale

Ce 19 août 2020, l'Alliance Coopérative Internationale - ACI fête son 125ème anniversaire, montrant une longévité et une force que peu d'organisations internationales peuvent prétendre avoir.

En cet anniversaire important, j’ai le plaisir de partager quelques documents spécialement préparés pour ce jour sur notre site web de l'ACI. Plusieurs coopérateurs et historiens partagent des considérations importantes que vous trouverez sur le site ici.

  • Dans son discours vidéo, le Président de l'ACI, Ariel Guarco, situe le 125e anniversaire à la lumière des défis mondiaux actuels, notamment la pandémie, et remercie tous les coopérateurs pour leurs contributions et leurs efforts pour les surmonter.
  • Dans ce vidéo, Gillian Lonergan, bibliothécaire retraitée des Archives nationales des coopératives du Royaume-Uni, Rita Rhodes, historienne de l'ACI, Martin Lowery, président du Comité de l'identité coopérative de l'ACI, et Vina Vida Rempillo, coordinatrice de la formation et jeune coopératrice de la Confédération nationale des coopératives des Philippines, partagent leurs connaissances et leur enthousiasme pour le mouvement coopératif. Vous pouvez lire davantage d’histoires provenant de leurs interviews ici.
  • Gillian Lonergan, Rita Rhodes et Martin Lowery ont également écrit des textes de réflexion très intéressants qui enrichissent nos connaissances et qui peuvent être lus ici.
  • Plusieurs coopérateurs et historiens du coopérativisme nationaux provenant de pays qui avaient des délégués au tout premier congrès international des coopératives tenu à Londres il y a 125 ans, partagent ici leurs points de vue avec de courtes analyses écrites sur la participation de leur pays à ce congrès et la raison pour laquelle il a été un événement si remarquablement influent. Ils réfléchissent également sur ce que 125 ans de relations avec l’ACI signifie pour leurs mouvements coopératifs nationaux. D'autres contributions nationales des pays qui étaient représentés au premier congrès seront mises en ligne dans les jours et les semaines à venir, et nous vous invitons à visiter régulièrement le site web de l'ACI ici.

Alors que les coopératives représentent aujourd'hui une réalité mondiale impressionnante en termes de membres, d'emploi et de part économique dans les secteurs les plus divers, l'ACI et le mouvement coopératif international tel que nous le connaissons aujourd'hui n'auraient probablement pas survécu, si l'ACI n'avait pas été créée en tout premier lieu. Cela a été fait en grande partie pour promouvoir un modèle entrepreneurial, commercial, social et organisationnel clair, visant à répondre aux besoins et aux aspirations des gens, un modèle qui pourrait être géré par toutes les personnes impliquées par elles-mêmes. Un modèle d'entreprise qui, en 1895, avait déjà accumulé 50 ans de preuves de succès et de réplicabilité largement éprouvées.

Les coopérateurs ont toujours appris les uns des autres

Dans son texte de réflexion, Gillian Lonergan explique l'essor du modèle coopératif au cours des 50 années qui ont précédé la fondation de l'ACI en 1895. Le Rochdale Pioneers' Rulebook, comme on l'appelait, a été rapidement suivi par des centaines de coopératives britanniques et connu sous le nom de "méthode de Rochdale", probablement parce qu'il combinait des considérations de gouvernance (comme le principe d'une personne une voix) avec des dispositions très pratiques issues de l'expérience entrepreneuriale du XIXe siècle (comme la règle du paiement en espèces). Mais ce qui est encore plus remarquable, c'est qu'au milieu du XIXe siècle, les premiers coopérateurs ont traversé des frontières et parcouru de longues distances pour se rencontrer et échanger des observations et des idées issues de l'expérience, de leurs modèles coopératifs respectifs : la coopérative de Rochdale a reçu des visiteurs de nombreux pays dès les années 1860, explique Gillian Lonergan. Des coopérateurs de différents pays ont assisté et participé aux premiers congrès nationaux de chacun. Ann Hoyt, professeur émérite de l'université américaine de Madison, et le professeur Daniel Plotisnsky, directeur d'Idelcoop en Argentine, expliquent comment les coopérateurs américains et argentins ont effectué des visites d'étude dans plusieurs pays européens à cette époque. Comme l'explique le Dr Peter Gleber, directeur scientifique du Centre d'information sur l'histoire des coopératives à Berlin, Hermann Schulze-Delitzsch, l'un des fondateurs du mouvement coopératif de crédit allemand, avait étudié Robert Owen, et les premiers coopérateurs allemands avaient un grand respect pour les principes de Rochdale, malgré le fait que ces derniers étaient plus orientés vers les coopératives de consommateurs. Le professeur français Jean-François Draperi explique ici que, pendant cette période d'incubation et de mise en réseau accrue, les coopérateurs français et britanniques ont développé un dialogue positif sur les deux formes de coopératives représentées par les coopératives de consommateurs et de producteurs. Le professeur Alexander Sobolev de Russie explique ici que les premiers coopérateurs russes ont étudié les modèles anglais, allemand et français.

 

Les premières années de l'ICA et les deux guerres mondiales : orientation et résilience

Le professeur Rita Rhodes, du Royaume-Uni, explique que l'ACI, depuis sa création en 1895, a réussi à rassembler un mouvement coopératif international en pleine expansion, tout en maintenant un niveau élevé d'adaptabilité et de dialogue entre les différentes écoles, secteurs et tendances coopératives qui apprenaient peu à peu à se connaître. C'est cette adaptabilité qui, selon Rita Rhodes, a permis à l'ACI et au mouvement coopératif de rester unifiés. Il s'agissait en effet d'une approche prudente non seulement en raison du contexte international changeant, avec la création de nouveaux États à la fin de la Première Guerre mondiale, notamment l'Union soviétique, mais aussi des différences internes au sein des États, comme la Dr Eva Bauer l'explique ici dans le cas de l'empire austro-hongrois et du nouvel État autrichien, et le Dr Mattia Granata ici à propos du développement de deux organisations coopératives en Italie selon des lignes politiques différentes (socialiste et catholique), mais toutes deux suivant de près le modèle coopératif. 

Mais il y avait une limite à l'adaptabilité. Alors que l'ACI procédait à sa première révision des principes coopératifs dans les années 1930, les mouvements coopératifs allemand, autrichien et italien, soumis au fascisme, ont été exclus pendant plusieurs années. 

L'après-guerre, la guerre froide et la décolonisation

Après la seconde guerre mondiale, comme l'explique le professeur Rita Rhodes, une seconde révision des principes coopératifs en 1966 a été motivée en partie par l'évolution de la scène internationale. Le professeur Soboliev reconnaît que les activités de l'ACI ont été en partie utilisées à des fins politiques russes à cette époque, mais souligne également que les échanges de vues et d'expériences entre les membres de l'ACI ont été utiles à toutes les parties, et rappelle que des centaines de coopérateurs des pays en développement ont été formés aux études coopératives à l'Institution coopérative de Moscou pendant l'après-guerre, pendant des décennies.

La révision des principes coopératifs de 1966, ainsi que celle de 1995, ont abordé la question sensible de la neutralité politique, de l'autonomie et de l'indépendance, et Daniel Plotinski explique que l'Argentine a pris une part active à ce débat. Pendant cette période, avec la décolonisation, davantage d'organisations se sont affiliées en dehors de l'Europe, faisant de l'ACI progressivement une organisation véritablement mondiale, et plus représentative des différentes régions du monde. Ceci a créé les bases pour les Régions de l’ACI.

Le mouvement coopératif aujourd'hui

Martin Lowery, dans sa réflexion sur le présent et l'avenir du mouvement coopératif, évoque l'importante contribution des coopératives aux immenses progrès du monde actuel dans les domaines des droits de l'homme et de l'égalité des chances. Le fait de rendre les valeurs coopératives pleinement explicites pour la première fois en 1995 avec la Déclaration sur l'identité coopérative a permis de clarifier l'excellence opérationnelle des principes coopératifs. Martin Lowery développe également l'ajout du septième principe coopératif "Préoccupation pour la communauté", en pleine conformité avec les objectifs de développement durable des Nations unies - SDG - qui ont été approuvés 20 ans plus tard, et leur triple vision du développement : économique, social et environnemental. Il soutient que les défis mondiaux d'aujourd'hui, comme le montre la pandémie actuelle, et le rôle clé des coopératives pour contribuer à relever ces défis, nécessitent l'approfondissement de la compréhension des principes coopératifs, y compris la possibilité de les compléter à la lumière de ces défis en cours.

Les coopératives et la paix

Une mention spéciale doit être faite ici sur les coopératives et la paix tout au long de l'histoire de l'ACI jusqu'à cette date, comme l'ont souligné plusieurs contributeurs à notre 125e anniversaire.

Au milieu du 19e siècle, Hermann Schultze-Delitzsch avait déjà affirmé que « la coopérative est paix », selon Peter Gleber. Rita Rhodes souligne que la première déclaration de l'ACI sur la paix remonte à 1902, tandis qu'Ann Hoyt rappelle que le Congrès de Glasgow de 1913 a exprimé une profonde préoccupation pour le climat d'avant-guerre qui se dessinait alors. Rita Rhodes explique qu'après la première guerre mondiale, un congrès de l'ACI en Suisse a présenté un rapport mondial sur les coopératives pendant la période de guerre, qu'elle considère comme un exemple précoce de vérité et de réconciliation. Mattia Granata souligne l'accent mis sur les coopératives et la paix par Ivano Barberini, le premier président italien de l'ACI. Ann Hoyt souligne la Déclaration de l'ACI de 2006 mentionnant la paix sous la présidence de Barberini, et salue la Déclaration de l'ACI sur les coopératives et la paix positive approuvée par l'Assemblée Générale de l'ACI de 2019 tenue à Kigali, Rwanda, ajoutant que la recherche d'une paix positive est probablement l'une des contributions clés des coopératives au cours de toute l'histoire de l'ACI. Martin Lowery termine son intervention en faisant écho à Ann Hoyt, considérant que la paix positive est probablement l'un des domaines où les coopératives peuvent avoir l'impact le plus durable sur le développement des communautés partout dans le monde et à l'avenir.

Évoluer pour répondre aux besoins émergents et urgents

La réussite de la création de l'ACI il y a 125 ans et la force continue du modèle coopératif témoignent de la pertinence et de la contribution des coopératives aux membres des coopératives, à leurs familles et communautés, et aux sociétés en général, dans le monde entier. Le mouvement coopératif et l'ACI ont réussi à survivre et à se développer malgré la grande dépression économique, les régimes fascistes et nazis, les tragédies des deux guerres mondiales, les fortes tensions de la guerre froide et de la course aux armements, les crimes contre l'humanité lors de conflits internes, les pressions exercées pour se conformer à des motivations uniquement lucratives, ainsi que les nombreuses crises et défis concomitants. L'ACI représente aujourd'hui 315 organisations membres dans 111 pays, soit plus qu'à aucun moment au cours de ces 125 années. Il est donc évident que, depuis la révolution industrielle jusqu'à aujourd'hui, les coopératives ont été économiquement viables dans tous les secteurs de l'économie et continuent à répondre aux besoins fondamentaux et évolutifs de l'humanité. 

De nouvelles formes et de nouveaux types de coopératives sont sans cesse inventés, tout comme la coopérative originale des Pionniers de Rochdale, avec des innovations étonnantes. Les coopératives sociales, une expérience extrêmement précieuse, ont été inventées en Italie à la fin des années 1970 et s'étendent aujourd'hui au monde entier. Nous avons récemment vu l'émergence de coopératives de travailleurs indépendants, de coopératives communautaires, de coopératives d'énergie renouvelable, de coopératives alimentaires et de divers types de coopératives multisociétaires et de plateformes coopératives comme modèles coopératifs innovants et réussis. Il est tout à fait naturel que de nouvelles formes de coopératives continuent d'émerger au fur et à mesure que les besoins socio-économiques des êtres humains évoluent et que les aspirations se manifestent dans une volonté commune de faire de ce monde un endroit meilleur. 

L'avenir des coopératives se construit ici et maintenant

Le modèle coopératif a parfois été décrit comme "démodé", ce que nous ne pouvons pas accepter car l'innovation et le dynamisme semblent continuellement découler du 5e principe coopératif d'éducation, de formation et d'information des membres, du personnel, des communautés et du public en général, mais aussi des jeunes, des femmes et des groupes vulnérables dans toutes les sociétés du monde. Avec l'émergence des nouvelles technologies et le leadership des jeunes sur les questions mondiales, nous observons un intérêt croissant et dynamique parmi eux pour le modèle coopératif. Cela a été particulièrement tangible lors du récent Forum mondial de la jeunesse sur la coopération, en février 2020 en Malaisie, qui a également été un grand exercice d'apprentissage mutuel.

 

Les jeunes, en tant que citoyens du monde, sont de plus en plus déterminés à mettre activement en avant le sujet des crises environnementales et de l'impact du changement climatique, ainsi que la nécessité de lutter contre les inégalités et la discrimination. Le modèle coopératif continue à être de plus en plus pertinent grâce aux jeunes coopérateurs, offrant l'un des plus importants canaux d'organisation démocratique et assurant à la fois la satisfaction et la gestion durable de leurs besoins économiques, sociaux, culturels et environnementaux.

Les coopératives témoignent de l'esprit humain de coopération, de résilience et de solidarité, capable de surmonter tous les types de défis, de transformations et de crises. Mais c'est à travers nos enfants, à travers les jeunes et leurs dirigeants d'aujourd'hui, que le modèle coopératif restera un agent important de transformation sociale, œuvrant sans relâche à un développement durable, inclusif, englobant tous les individus, familles et communautés, vers une paix positive. L'ACI sera là, comme elle l'a toujours été, la plateforme d'échange dédiée au modèle coopératif.

L'Alliance Coopérative Internationale continuera à délivrer sa valeur avec une détermination inébranlable, pour les décennies à venir, afin de soutenir les efforts de tous et de chacun pour améliorer la vie sur cette planète pour tous, avec la contribution humble mais audacieuse de notre identité coopérative.