#coops4dev? au siège des Nations Unies à New York 

25 Jul 2019

Le 8 juillet, #coops4dev? a participé à la célébration de la Journée internationale des coopératives 2019 au siège des Nations Unies à New-York. Le thème de cette année était « Les coopératives pour un travail décent » (#Coops4DecentWork). 

En tant qu'entreprises centrées sur la personne et actrices clés du développement, les coopératives ont un rôle important à jouer dans la création d'emplois décents et dans l'autonomisation sociale et économique des communautés locales. 

Les coopératives peuvent contribuer à la réalisation d'un avenir meilleur et plus durable pour tous en appuyant, parmi les autres objectifs de développement durable, l'objectif de développement durable n°8 : « Travail décent et croissance économique ». 

L'événement s'est déroulé parallèlement au Forum politique de haut niveau 2019 qui a débuté le lendemain et qui visait à examiner l'ODD 8 sur le travail décent et la croissance économique. 

Les trois parties de la session ont été présidées par Wenyan Yang, Directrice du dialogue mondial de la branche développement social de la Division du développement social inclusif, par Georgia Papoutsi, Coordinatrice des politiques de l'ACI et par Matthieu Cognac, Spécialiste principal de la coopération multilatérale au Bureau de l'OIT à New York pour l'ONU. 

Dans cet article, nous mettrons en lumière quelques points clés de cette conversation enrichissante. 

Le cas du Népal : l'esprit de coopération au cœur de la société 

Son Excellence Amrit B. Rai, Représentant permanent du Népal auprès de l'ONU, a mis en lumière l'action de la coopération au Népal. Il a fait valoir que l'esprit de la coopération constituait le noyau de la société népalaise et que le secteur coopératif était un pilier de l'économie et un vecteur important du travail décent et du développement. 

Il a également rappelé qu'au Népal, l'approche inclusive des coopératives contribuait à améliorer les moyens de subsistance des petits agriculteurs et des entrepreneurs ruraux, à créer des opportunités de travail décent et à autonomiser les femmes et les communautés marginalisées. Les coopératives aident à mobiliser l'épargne et les investissements et, finalement, à diffuser l'esprit d'entreprise parmi différents groupes de la population. 

Il a en outre noté que les inégalités et un taux de chômage élevé persistaient au Népal et que le monde du travail connaissait une transformation rapide due à l'innovation et à la technologie. Il est clair que les coopératives ont toute latitude pour jouer un rôle dans la création d'opportunités de travail décent dans la structure économique existante et pour relever les défis futurs dans le monde du travail. 

Le cas de la Mongolie : un soutien exemplaire au secteur coopératif 

Son Excellence Sukhbold Sukhee, Représentant permanent de la Mongolie auprès de l'ONU, a évoqué l'expérience novatrice de la Mongolie et l'importante contribution des coopératives à l'économie du pays et à la société. 

La présence des coopératives est significative et continue d’augmenter : selon l’Office national de la statistique de la Mongolie, 4400 coopératives étaient inscrites au Fonds d’enregistrement des entreprises en 2017, ce qui représente une forte augmentation par rapport à l’année précédente. 

Il a ajouté que le gouvernement mongol œuvrait activement pour soutenir l'emploi dans les coopératives et l'entrepreneuriat coopératif par le biais de formations, d'un appui matériel et financier. Un projet de loi sur les coopératives a été présenté, dont les principales caractéristiques consistent notamment à reconnaître les véritables membres, à préciser les différentes formes possibles de coopératives et le nombre de membres, et ce parmi d’autres révisions indispensables du paysage juridique actuel des coopératives en Mongolie. Le projet de loi sur les coopératives est en cours de débat public. 

Il a enfin noté que « les coopératives jouent un rôle important dans la réalisation des ODD et promeuvent le développement dans ses trois dimensions : sociale, économique et environnementale ». 

La Déclaration de l'ACI sur les coopératives et le travail décent 

Georgia Papoutsi, Coordinatrice des politiques à l'Alliance coopérative internationale, a pris la parole pour souligner la pertinence particulière du thème # Coops4DecentWork dans le contexte du 100e anniversaire de l'OIT. 

Elle a ajouté que face aux défis mondiaux pressants tels que le changement climatique, les migrations et le monde du travail en mutation, les coopératives créent des liens entre les besoins locaux et le discours politique mondial. Leur impact au niveau local aide les populations et les communautés pauvres et marginalisées à se sortir de l'informalité et de la pauvreté. Elles sont des moteurs importants du travail décent et ont un grand rôle à jouer dans la réalisation d'un monde du travail juste, sûr et inclusif. Elles apportent également de l'innovation au monde du travail, par le biais, par exemple, des nouvelles coopératives de travailleurs indépendants et des plateformes de coopératives. 

Finalement, le modèle coopératif va au-delà de la croissance économique et génère une croissance économique inclusive et durable pour tous. 

En conclusion de son intervention, elle a mis en lumière le rôle essentiel des statistiques des membres de la COPAC sur les coopératives pour le suivi effectif de la contribution des coopératives au travail décent et de # coops4dev? – le partenariat ACI-UE – qui promeut les coopératives en tant qu'acteurs clés du développement et moteurs du travail décent en permettant notamment des initiatives telles que aroundtheworld.coop. 

Aroundtheworld.coop : quelques histoires notables pour montrer la contribution des coopératives au travail décent 

Sara Vicari a présenté aroundtheworld.coop et a révélé quelques informations sur le contexte du projet. Andrea Mancori et Sara parcourent le monde depuis un an pour promouvoir des histoires de coopératives innovantes, inclusives et performantes. Ils donnent la parole aux coopérateurs et montrent comment les coopératives peuvent contribuer à transformer la vie des familles et des communautés. 

Pour ce faire, ils utilisent une méthodologie participative : ils passent d'abord quelques jours à observer et apprendre à connaître la population locale, puis demandent aux coopérateurs de mener une réflexion approfondie sur les effets que la coopérative a sur leur vie. Ensuite, ils commencent à filmer permettant aux coopérateurs de raconter leurs propres histoires. 

Sara a fait remarquer que les coopératives sont un espace unique pour la promotion du travail décent qui est davantage qu'un salaire équitable. Pour elle, le travail décent signifie aussi des relations significatives, la confiance et la sécurité, en s'engageant dans des relations significatives et en augmentant la confiance en soi : les coopératives sont un espace démocratique qui permet aux personnes de construire leur avenir. 

Après l’intervention de Sara, la discussion a été suspendue pour regarder la quatrième vidéo de aroundtheworld.coop qui retrace l'histoire de la coopérative népalaise Bhabishya Nirman Sana Kishan et montre comment cette coopérative a aidé de nombreuses personnes à briser les chaînes de la pauvreté et de l'esclavage. Plus d'informations sur la vidéo ici

La formation entre pairs comme outil clé pour l'inclusion 

Alvaro Iniesta Perez, Directeur général adjoint d'ATD Fourth World, a pris la parole pour raconter d’éloquentes histoires de coopérateurs, telles que celles de membres du mouvement en République démocratique du Congo et à Madagascar. 

Il a expliqué que l'un des éléments clés des projets de l'organisation est la présence de travailleurs possédant une formation formelle afin d'encourager ceux qui rencontrent des difficultés à prendre part à toutes les étapes de leurs projets. Une telle inclusion permet aux travailleurs de devenir des militants des droits de l'homme, de renforcer leur sens de la communauté et de créer des réseaux de solidarité pour aider ceux qui sont laissés pour compte. 

Il a ajouté que la réalisation des objectifs et des rêves de chacun dépend du soutien qu’il reçoit – et, entre autres, de la formalisation de l’économie informelle. 

Trouver son but à travers le modèle coopératif 

Ana Martinez de Luco, cofondatrice de Sure We Can, un centre de recyclage et un pôle durable de New York, a partagé son expérience de vie dans le village de Mondragon dont l'histoire est profondément liée au mouvement coopératif. Là, tout a été pensé de manière coopérative. Quand on parle de travail, la division des tâches est venue naturellement et chacun-chacune avait un rôle à jouer et trouvait son but. 

Elle pense que les coopératives sont une alternative pour s‘accomplir au travail, s'épanouir, trouver un but, développer sa créativité et apprendre à travailler avec d'autres. 

Elle a conclu en affirmant que l'approche coopérative n'était pas une panacée mais qu'elle permettait de rassembler les gens et de créer une nouvelle dynamique fondée sur des principes non discriminatoires. 

L'OIT partage certaines valeurs intrinsèques avec le mouvement coopératif 

Matthieu Cognac, Spécialiste principal de la coopération multilatérale au Bureau de l’OIT pour les Nations Unies à New York, a déclaré que le travail de l’OIT reposait sur certaines valeurs étroitement liées au mouvement coopératif. Le mouvement coopératif qui partage la devise de l’Agenda 2030, « Ne laisser personne pour compte », est intrinsèquement lié aux valeurs de liberté, d’égalité, de sécurité, de dignité et de démocratie, et donc au travail décent. 

Tout en soulignant ce lien organique, il a ajouté que M. Albert Thomas était lui-même issu du mouvement coopératif. 

Il a conclu en évoquant le 100e anniversaire de l'OIT qui fut l'occasion de faire le bilan des progrès accomplis dans la promotion du travail décent mais également de se pencher sur les défis à venir. Les coopératives ont un rôle à jouer à l'ère numérique, dans l'économie solidaire, pour faire face au changement climatique au niveau local et constituent un outil reconnu sur la voie de la formalisation de l'économie informelle. 

Les coopératives sont essentielles pour promouvoir le travail décent dans le secteur agricole 

Carla Mucavi, Directrice du bureau de la FAO à New York, a souligné le rôle essentiel que les coopératives doivent jouer pour améliorer la vie des personnes laissées pour compte, en particulier dans le secteur agricole où vit la majorité des pauvres. Elle a ajouté que « beaucoup a été fait, mais que plus encore pouvait être accompli ». 

Ahou Lea Kouassi de l’Organisation mondiale des agriculteurs (Côte d’Ivoire) a partagé son expérience de terrain dans une coopérative de 300 femmes produisant du cacao, du riz, du manioc 

et du maïs. Elle a noté qu'ils œuvraient à la réalisation des ODD 8 et 5 et que les coopératives agricoles en général jouaient un rôle clé dans le développement durable. 

Enfin, Elizabeth Philippe de la Federal Credit Union des Nations Unies a évoqué son expérience dans la fourniture de solutions financières adaptées aux besoins de la communauté internationale et son engagement à générer un impact positif durable à l’échelle mondiale. 

 

Regardez la session complète à la télévision en direct de l'ONU UN Live TV 

Continuons à œuvrer pour la réalisation des ODD par le biais de coopératives !

Disclaimer

DERNIÈRES ACTUALITÉS COOPÉRATIVES

24 juin 2020

Des jeunes coopérateurs du monde entier célèbreront la…