Reconstruire ensemble en mieux : le COPAC se joint au Forum politique de haut niveau des Nations unies

15 Jul 2021

Le Comité pour la promotion et le progrès des coopératives (COPAC) a organisé le 12 juillet un événement en ligne en marge du Forum politique de haut niveau (HLPF) pour le développement durable 2021. L’événement a exploré dans quelle mesure les coopératives pouvaient favoriser une reprise à dimension humaine et juste sur le plan environnemental, et présenté les experts coopératifs représentant les membres du COPAC, les représentants des organisations nationales et internationales, et les coopérateurs locaux.

Marlene Holzner, Responsable de l’unité Autorités locales, Organisations de la société civile et fondations, Direction générale des partenariats internationaux, Commission européenne, a mis en évidence la résilience des coopératives, pour promouvoir le travail décent et aider à réduire les inégalités. Elle déclare que le partenariat stratégique ACI-UE sur le développement coopératif international (#coops4dev) démontrait l’engagement de la Commission à renforcer et à promouvoir les coopératives, qu’il valorise comme acteurs du développement durable et partenaires de premier plan.

Yadamsuren Erdenesaikhan, Chef de l’agence gouvernementale pour les petites et moyennes entreprises (PME) en Mongolie, a fait part de l’expérience de son pays, et notamment les mesures prises par le gouvernement afin de soutenir les coopératives pendant la crise de la COVID-19. Il explique que les membres coopératifs les plus actifs de Mongolie sont les agriculteurs et les éleveurs qui contribuent de manière significative au développement local. Afin de célébrer le 100ème anniversaire du développement du secteur coopératif en Mongolie, le Parlement a amendé la loi sur les coopératives et déclaré 2022 l’Année du développement de l’entreprise.

Anna Biondi, Directrice adjointe du Bureau des activités pour les travailleurs (ACTRAV) de l’OIT, estime que les coopératives sont des partenaires sociaux qui doivent faire partie du dialogue social sur les stratégies nationales en matière d’emploi, les échanges commerciaux, les enjeux environnementaux, les finances et le développement national. « À l’OIT, nous voulons être du côté des coopératives, pour travailler de concert, et nous croyons réellement que si nous voulons repenser de nouveaux modèles qui sont des modèles économiques et sociaux, les coopératives seront certainement au cœur de cette réflexion », a-t-elle déclaré.

Guilherme Brady, Responsable de l’Unité de l’engagement des exploitations agricoles familiales et des réseaux parlementaires au sein de la Division des partenariats de la FAO et de la Division de la collaboration des Nations unies, explique dans quelle mesure la pandémie de COVID-19 a engendré des difficultés de trésorerie à court terme pour les agriculteurs et les entreprises, avec des effets négatifs sur l’emploi et les revenus. Les coopératives sont intervenues, a-t-il indiqué, et « ont joué un rôle de catalyseur essentiel pour développer des solutions locales et résoudre les problèmes structurels qui menacent leurs moyens d’existence ». Elles ont créé des réseaux solidaires, soutenu la mise en œuvre d’interventions de protection et de mesures de gestion des crises, élaboré des stratégies logistiques alternatives et mis en place des initiatives de distribution de denrées alimentaires, en liaison directe avec les producteurs et les consommateurs. Et d’ajouter que la FAO continuerait à apporter son soutien au niveau national afin de créer un environnement propice assorti de politiques et de cadre juridiques appropriés pour permettre aux petits agriculteurs et à leurs coopératives d’être performants.

Nazik Beishenaly, Conseiller en recherche au Congrès mondial des coopératives, ACI, a parlé des recherches actuellement menées par l’ACI sur la contribution des coopératives aux objectifs de développement durable (ODD). L’ACI passe au crible les publications en ligne des membres ainsi que les rapports annuels et les rapports sur le développement durable dans différentes régions et différents secteurs. Sur cette base, l’Alliance élaborera un cadre conceptuel, en utilisant la théorie du changement, afin de révéler les liens de causalité entre les modèles d’entreprises coopératives, leurs activités et leur impact sur le développement durable. Les résultats de l’étude seront présentés lors du Congrès mondial des coopératives à Séoul, en République de Corée, du 1er au 3 décembre 2021.

Anne Chappaz, Directrice de l’Unité institutions et écosystèmes du Centre du commerce international (ITC), a déclaré que son organisation considérait les coopératives comme un modèle hybride intervenant dans les chaînes de valeur mondiales tout en fournissant un soutien aux entreprises. « Compte tenu de ce double rôle, l’ITC estime que les coopératives ont un rôle important à jouer pour édifier un monde post-pandémique et à l’ITC, nous voulons réellement faire tout ce que nous pouvons pour veiller à ce qu’elles soient aussi efficaces et efficientes que possible », a-t-elle indiqué.

D’autres participants ont fait part de leur expérience sur le terrain. Jacqueline Adios, du Bumwawule Group of the Elgon Community Health Cooperative Limited en Ouganda, a évoqué certains des défis liés à la COVID-19 auxquels les femmes sont confrontées au sein de leur communauté, comme les soins natals, la surcharge de travail dans les hôpitaux, les pénuries de médicaments, la hausse des prix des denrées alimentaires, les fermetures d’écoles et l’impossibilité de se réunir. Leur coopérative a été créée en 2020, juste après le début de la pandémie, et a aidé les membres et leurs familles à accéder aux services de soins de santé en temps opportun.

Dulce Bustamante, de la Coopérative des jeunes entrepreneurs aux Philippines, a partagé une initiative multi-acteurs entre le Bureau nationale des coopératives, le ministère de l’Éducation, le Bureau de l’environnement et des ressources et leur coopérative. Celle-ci s’emploie à sensibiliser davantage les jeunes à l’environnement à travers des actions concrètes de lutte contre le changement climatique. « Nous leur apprenons à être responsables financièrement et, dans le même temps, à épargner », a-t-elle indiqué, afin d’encourager les coopératives du monde entier à soutenir des initiatives similaires. 

Un autre exemple cité de coopération interrégionale et des moyens de mobiliser la jeunesse sur le climat a été la campagne Go Green, dirigée par le Réseau de la jeunesse Asie-Pacifique de l'ACI avec le soutien des comités de jeunes de l'ACI-Afrique et de l'ACI-Amériques.

Carlos Leiton, Directeur de CoopeTarrazu au Costa Rica, a parlé de Casa de la Alegría, un projet mis en œuvre avec les coopératives des Amériques. Le projet offre un hébergement, un enseignement et une protection aux enfants qui arrivent dans la région productrice de café de Tarrazú avec leurs parents qui sont des travailleurs migrants venus pour la récolte – principalement du Nicaragua et du Panama. L’objectif du projet est de parvenir à éradiquer le travail des enfants, le travail forcé ou la maltraitance des enfants dans la région. La coopérative prévoit d’ouvrir davantage de centres de soins pour enfants à l’avenir. Lorsqu’elle a été créée en 2018, Casa de la Alegría comptait 45 enfants. Elle en compte aujourd’hui 420. « Le soutien des institutions internationales comme l’OIT, la FAO ou l’ACI Amériques sera déterminant pour reproduire ces projets dans d’autres régions du monde », a déclaré M. Leiton.

Dans son allocution de clôture, Bruno Roelants, Directeur général de l’ACI, met en exergue le rôle des coopératives dans le nouveau contrat social mondial. « Les coopératives, qui investissent dans les personnes, la planète, et réduisent les inégalités, doivent être l’un des acteurs de ce nouveau contrat social, mais aussi être considérées comme faisant partie de celui-ci – et, à ce titre, il convient de les écouter, notamment ce qu’elles ont à faire savoir concernant l’impact sur les territoires, mais aussi sur les politiques publiques et la législation applicable, dont elles ont besoin pour renforcer leur contribution à cette reprise et au développement durable, qui va au-delà d’une simple relance », a-t-il déclaré.

L’intégralité de l’enregistrement de l’événement en ligne est disponible ci-dessous.

Veuillez trouver ci-joint les présentations exposées lors de l'événement.

-----

Le Partenariat ACI-UE pour le développement international (également connu sous le nom de #coops4dev) a été signé en 2016 entre l'Alliance coopérative internationale et la Commission européenne pour renforcer le mouvement coopératif en tant qu'acteur clé du développement international. Pour en savoir plus sur #coops4dev, visitez notre site Web.

d